Vérité

Lorsque j’entends le mot « vérité », j’ai de suite le mot mensonge qui me vient comme si les deux notions étaient indissociables.
Sous-entendre qu’il s’agit d’une vérité revient à sous-entendre que c’est peut-être aussi un mensonge. Tout n’est qu’une question d’angle de vue.
Il n’y a pas une vérité, il y en a 8 milliards.
Pour démontrer la vérité, il faut souvent prouver la véracité des faits. Et dès l’instant où il faut prouver quelque chose, cela sous-entend que son contraire est possiblement envisageable.
Selon moi, il n’y a pas pire que de vivre avec des vérités, cela revient à figer sa pensé. Il n’y a plus d’évolution possible.
La vérité n’est faite que pour apaiser la peur.
Il me semble plus approprié de vivre sans certitudes.
L’esprit n’a pas besoin d’être rassuré, il reste dans l’ouverture de l’infini possibilité.